Prelude a la balade: J-1 “WoW!”

Billet du 24 Juillet 2015 – J-1 avant le départ

WOW! Nous y voici! Comme la compagnie bas-cout d’Icelandair, nous vous souhaitons un bon envol en ces pages que vous pourrez survoler a votre bon vouloir (que de liberté,isn’t it! C’est que nous entrons dans THE pays de la freedom).

Wow: work or walk, voici le dilemme qui semble sous-tendre toute l’expérience…Comme on a pu le voir dans l’ “à propos”, ils sont rares les thru-hikers qui conjuguent marche et salaire.

“Work or Walk” – “that’s the question”, entend-je presque venir en écho. Mais non en fait, point de dilemme Shakespearien ici entre travail et loisir: I am working on walking. La phrase peut sembler idéalement naïve; et pourtant un excellent un moyen de faire réfléchir sur nos catégorisations contemporaines sous-tendues par les termes “travail”, “vacances”, “loisirs”, “activités”…

En effet, quand j’ai annoncé que je partais 6 mois pour marcher le Sentier des Appalaches– sentier de 2189 miles le long de la côte Est des États-Unis, sorte de chemin de Saint-jacques a la ‘Ricaine-, j’ai pu entendre les attendus “Faudra penser à travailler un jour tout d’même” ou “Bonnes vacances”..Certes, il faut pouvoir suffire a ses besoins (donc avoir de l’argent) (donc gagner de l’argent) (donc travailler à un moment ou un autre) pour entreprendre un tel voyage – journey en anglais serait plus adéquat ici-, mais étrangement (en fait pas tant que ça), je n’irai pas jusqu’à opposer ceci a la notion de travail. Et il faut premièrement quand même un peu plus que de vouloir prendre des vacances prolongées pour décider de marcher tous les jours entre 15 et 25 miles sur 4 à 5 mois. Voire plus pour certains (miles et mois).

Why are you hiking the A.T.?“, est ainsi une question récurrente parmi les “thru-hikers“. Certains marchent pour “honorer la mémoire d’un membre de la famille disparu” et qui avait un lien avec le sentier, d’autres parce qu’ils ont vu un documentaire sur le A.T. le décrivant comme “fun and flat” (ah ces Germains..), quelques-uns parce qu’ils “adorent manger”; enfin, beaucoup pour ” sortir du système de notre société” (nous en verrons les avantages et inconvénients), et d’autres, juste pour ” l’aventure!”.

Et moi-même?

peut-être simplement parce que quand je dis “work“, on comprend “walk“, quand je dis “walk“, on comprend “work” (véridique) (true fact)!

Et comme dit Walt Whitman, qui est avec Henry David Thoreau un des auteurs piliers (j’ai envie de dire “justifiant l’entreprise”) du Sentier et dont j’ai volé ces quelques mots lors de mon passage chez Shaw’s à Monson (ME) en ce début de mois d’août:

“Afoot and light-hearted I take to the open road

Healthy, free, the world before me leading wherever I choose

[…] Allons! The road is before us!” 

WW. “Song of the Open Road”

( ” wherever these white blazes lead me”, serait plus proche de la réalité, le Sentier étant balisé de rectangles blancs, mais c’est tout de suite moins bucolique imaginativement parlant.)

Vous pourrez donc suivre et sentir sur ces pages le Sentier des Appalaches presque directement sous mes pieds (presque) puisque les possibilités technologiques et logistiques du moment n’ont pas réellement permis une retransmission en direct.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s