Nutrition spirituelle et santé mentale…

…ou pourquoi se munir de nouvelles technologies en pleine Wilderness

J’avais commencé le Sentier des Appalaches débarrassée de tout i-pod, mp3 et autre objet électronique musical susceptible de me divertir des sons bucoliques de la nature et des paroles des autres marcheurs, un seul bouquin et carnet avec mes propres pensées pour nourriture de l’esprit. Mal m’en a pris!

Au début, vous écoutez les arbres, la respiration du vent, celle vaguement haletante d’un possible compagnon de marche de passage, et autres frichetis de la végétation encore bourdonnante d’insectes volatiles. Vous herborisez lalilalou. Vos pensées vagabondent et vos pieds dansent la gigue sur le chemin, tout excités de l’aventure qui commence.

Puis, vous êtes seul sur le sentier. Les racines et rochers de ce cher Maine vous font tordre la cheville et crapahuter de-ci de-là, vous laissant vidé à 5h du soir gisant sous votre toile de tente, incapable de lire une ligne du super bouquin de théorie française que vous pensiez pourtant dévorer après quelques heures de dépense physique. Là, vous constatez qu’épuisement physique et mental sont liés, et vous regarderiez bien “Dallas ton univers impitoyable” ou “La petite maison dans la prairie” pour vous détendre l’esprit. Mais malheur! Votre conscience vous a empêché d’emmener toute technologie en milieu naturel…

Larry-Hagman-as-JR-in-Dal-007

hallucination post-hike, un problème récurrent chez le thru-hiker

Après 1 ou 2 jours de 20 miles sur un terrain presque sans dénivelé mais bourré d’obstacles (vous ne comptez plus le nombre de fois où vous avez glissé sur ces “boardwalks“, rondins de bois humides permettant de passer étangs à castors et autres zones plutôt mouillées), vous décidez que puisque la musique ne viendra point à vous (pas d’américain à banjo folkisant soudainement entre 2 arbres, zut!), vous allez la faire venir en chantant. Chanter, ça donne du courage y paraît.

Ben sauf quand la seule chanson dont vous vous souvenez sur l’instant est “Yellow Submarine” et s’accroche à votre esprit pour le reste de la journée. Assez adapté à la situation aquatique que vos pieds vivent sur le chemin, la chose se fait pourtant très vite (très vite) répétitive.

NB: l’épreuve mentale m’a tout de même permise de réussir à apprendre l’entièreté d’un tube de l’été français: “Chaise de jardin” par Jules&Jo. Chanson au ton tragi-comique, adaptable à toute situation spatio-temporelle, son allégorie vous transporte au-delà du simple plastique de l’objet en question.

chaise-de-jardin-empilable

Le pouvoir intellectualo-musical de la chaise de jardin, un remède au vide spirituel

Je me suis donc retrouvée à quémander des chansons à n’importe quel être vivant sur le chemin (susceptible de chanter, entendons-nous bien).  On en était descendu bien bas… A ma liste longue d’au moins deux titres sont donc venus s’ajouter: Beautiful de Trampled for Turtles, I shot the sheriff de Bob Marley, The Grateful Dead, Jay-Z et Kanye West, Kurt Vile et de multiples autres, ma mémoire musicale se ravivant subitement au fil des arbres (et des fameux instables rondins – Alice ça glisse de Franky Vincent).

Tout cela pour dire qu’il peut être salvateur, sur le long terme, de posséder un lecteur de musique, livres-audio et autres podcasts qui vous permettront de nourrir vos neurones sans pour autant plonger dans la tant redoutée “civilisation” – internet et tout l’toutim.

IMG_1426

Regarder un film, luxe des bois

Certains me diront qu’il s’agit de sustenter son esprit des nouveaux paysages et surtout des rencontres qui sont en effet très nombreuses sur ce Sentier…Certes, cela est vrai: on peut se retrouver à avoir des discussions passionnantes avec des personnes que nous n’aurions jamais croisées ailleurs, qui possèdent plus ou moins les mêmes valeurs que nous, voire au contraire des expériences tout à fait opposées approvisionnant le débat. Toutefois, l’inverse est aussi vrai: on peut avoir des discussions très chiantes avec un autre marcheur. Parce qu’il n’y a pas de “terrain d’entente”, parce que vous êtes trop fatigués pour argumenter, parce que la culture auquel il fait référence vous est totalement étrangère (pour ne pas mentionner le football américain!), parce que tout simplement la conversation tourne en rond, et autres diverses et avariées raisons.

Morale de l’histoire: la technologie a parfois ses avantages, même et surtout au fin fond des bois.

Kindle-for-iOS-two-up-books-with-audio-and-video

Les miracles de la nature

Advertisements

One thought on “Nutrition spirituelle et santé mentale…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s