The Doyle, pierre précieuse (PA)

Autre vieille pierre dont la réputation précède le nom : The Doyle. Il s’agit d’un des plus vieux hostels créés sur le Sentier des Appalaches trônant à Duncannon, The Jewel of the Susquehanna. Ce petit bijou, par lequel passe directement le sentier, vous accueille à sa gauche juste après les ponts traversant la large rivière sur un demi mile, par un strip club ” Xena tonites star“, puis par des maisons au porche décoré dans un style oscillant entre le nain de jardin amélioré et débuts des déco Halloween. Enfin, on arrive devant la bâtisse née un 10 avril 1905 – et qui fait en effet bien son âge.

IMG_1326

C’est dans une de ses chambres qu’on dit que le célèbre Baltimore Jack y a trouvé un mort.

A l’intérieur, on est accueilli par un couple “qui a de la bouteille”, comme on dit par chez nous, et ce très probablement dans tous les sens du terme. La tenancière, deux tresses graisseuses encadrant un visage sans grâce, nous montre nos appartements; une chambre miteuse certes mais propre et confortable, située au deuxième étage d’un escalier en colimaçon. Eux, ils habitent la salle de bal. Tout en haut, des seaux récoltent l’eau de pluie et les miroirs floutés présents à chaque étage semblent derrière eux renfermer de multiples légendes plus ou moins horribles. Même déco kitsch à l’intérieur: des aliens en plastique vert fluo un peu partout…et là, sur un tableau-miroir nous ramenant au monde du réel, une annonce célébrant la réussite d’Heather “Anish” Anderson dans son record de vitesse. Je me souviens de Tom Levardi la décrivant une pointe d’admiration dans la voix, lorsqu’elle s’était arrêtée pour reprendre de l’eau dans son jardin, en robe, venant de faire 20 miles et prête à en faire 20 de plus (il paraît qu’il suffit de se commencer tôt -5h, et finir tard- 22h).

 

Ptit-dèj le matin à Goodies en face de l’hôtel, entre thru-hikers, un cycliste en mission topographique et locaux. La télé locale, branchée sur The Weather channel, passe en boucle les images des prémisses d’un cyclone qui serait à l’approche. Deux mamies: “Are you going to hike in the rain? Do you have rain gear? Just take a garbage bag and cut a hole for the head, that’s what I wear when I’m planting flowers in my garden.” (Journal, 3/10, 11.4 miles)

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s