Katahdin

IMG_0637

Katahdin. Un des plus hauts sommets sur le Sentier des Appalaches, et surtout point de départ et d’arrivée du trail selon votre préférence: Saint-Graal pour le Nobo (de l’anglais, Northbounder, randonneur Sud-Nord), il n’est “qu’un”  échauffement sympathique pour le Sobo (de l’anglais Southbounder, randonneur Nord-Sud). Ladite montagne se situe au cœur de Baxter State Park, appartenant actuellement aux habitants du Maine,  parcelle de terre offerte  par son gouverneur Percival Baxter quelques temps en arrière.

localisation de la montagne sacree sur un journal local

localisation de la montagne sacrée sur un journal local

Entreprenant  un “thru-hike Sobo” (même concept qu’un drive-thru mais a pieds, on l’a vu dans l’à propos), c’est avec ce “terrible” sommet  de 5268 feet – c’est-a-dire environ 1600m d’altitude- que j’ai commencé, sous un temps prometteur: la pluie! Le sommet a en effet la réputation de posséder une météo quelque peu imprévisible et capricieuse: nombre de photos-souvenirs se parent d’un joyeux arrière-plan gris-blanc relevant l’expression humaine à merveille.

Mais penchons-nous un peu sur une autre sorte de temps… Derrière ce nom exotique pour l’Européen moyen, se cache en réalité deux appellations d’origines Wabanaki – ouais, les gens qui habitaient là avant – “Tedon et Ktaadn”, simplifiés pour le colon par quelque chose d’un peu plus prononçable à sa langue – “Katahdin”, les unes comme l’autre signifiant ” la plus haute montagne” ou ” la plus importante montagne” (the greatest mountain). Dans la plupart des mythes planant autour de ce sommet, cette montagne  est associée à l’homme, les deux étant intrinsèquement liés.  D’après la légende, la naissance de ce sommet proviendrait d’une garden-party des dieux du vent, du feu et de la pluie: la terre soudain se mit a trembler et la montagne surgit devant eux (faisant de leur garden-party une marche un peu plus intense), le tout s’achevant sur la vision d’une “grandiose silhouette” se révélant être ” L’esprit de Katahdin” annonçant que ” aucun Natif Americain ne gravirait cette montagne au-dessus de la limite des arbres”. 

IMG_0624

Et la légende semble encore être bien vivante ” don’t even think you’re gonna hike, you’re gonna climb it!“, nous lance notre conducteur, heureux de nous procurer une dose d’adrénaline supplémentaire quand, la veille au soir, un des randonneurs présent à l’hostel me conseillait de prendre un jour de repos après l’ascension (10 miles aller-retour).

En effet, malgré ses 1600 ridicules mètres d’altitude, la chose est plutôt rocheuse! Il semble que quelqu’un ait simplement jeté a un certain endroit un gros tas de cailloux depuis le ciel. On monte (samedi: saturday hike fever, un bon gros troupeau de randonneurs se dirige vers le sommet) dans le brouillard et la bruine, la roche heureusement accroche sous le pied: granit sableux qui sent presque la mer, parfois. Arrivés a une sorte de plateau perdu dans la brume, les nuances de vert se découvrent parmi les rochers couverts d’un lichen jaune, posés dans la mousse comme les pierres tombales d’un vieux cimetière. Au sommet, bain de foule parmi les randonneurs – day-hikers comme thru-hikers, Sobo et Nobo -, le tout toujours la tête dans les nuages.  Enfin, sur la descente, le paysage se dégage et on y voit soudainement apparaitre autre chose que son granit rose et sa mousse verte: une crête de roches fort aérienne – finalement, ce n’était pas si mal de ne rien voir a la montée! Ou comment réussir à prendre un sérieux coup de soleil un jour de pluie…

IMG_0625

IMG_0621

IMG_0632

des volontaires entretenant le sentier

des volontaires entretenant le sentier

Malheureusement, toute cette affluence au sommet entretient depuis quelques années une polémique qui semble enfin exploser alors même que l’adaptation de A walk in the woods par Bill Bryson vient tout juste d’être sortie sur les écrans américains (automne 2015) et risque d’attirer des foules encore plus nombreuses sur le chemin.

IMG_0700

Le terminus du Sentier et la pratique du thru-hike à la une du journal local

Pour résumer, les media ont trouvé un bouc émissaire –Scott Jurek célébrant son arrivée avec son équipe qui avait amené du champagne pour l’occasion – pour remettre sur le tapis une des préoccupations grandissantes du lieu: la préservation de son état naturel quelque peu menacée par l’affluence de randonneurs non-conscients et/ou non-respectueux des règles du parc (entre autres, la prohibition de l’alcool). Derrière la personnalité du célèbre ultra-marathonien, ce sont aussi les thru-hikers qui sont visés, de plus en plus nombreux.

IMG_0704

Eh ben on est pas tout seul sur le chemin! Comparé à 1991, le nombre de randonneurs entreprenant un thru-hike a presque sixtuplé. [The Maine Sunday Telegram– 1st August 2015]

 

IMG_1055.jpg

Déjà en 2014, le Parc mettait en cause les thru-hikers pour différentes raisons. Mais le problème ne viendrait-il que de ce groupe spécifique de randonneurs? 

IMG_1054

Ils en ont même pensé à déplacer le point de départ/arrivée…

IMG_0711.JPG

Un thru-hiker au repos à Shaw’s hiker hostel (Monson, ME) absorbé par la polémique

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s