WoW!

Prelude a la ballade

WOW! Nous y voici! Comme la compagnie bas-cout d’Icelandair, nous vous souhaitons un bon envol en ces pages que vous pourrez survoler a votre bon vouloir (que de liberte,isn’t it!) (c’est que nous entrons dans THE pays de la freedom).

Wow: work or walk, voici le dilemme qui sous-tend donc toute l’experience…

Car oui, “Work or Walk” – “that’s the question”, entend-je presque venir en echo. Mais non en fait, point de dilemme Shakespearien ici entre travail et loisir: I am working on walking!

Quand j’ai annonce que je partai 6 mois pour marcher le Sentier des Appalaches– sentier de 2200 miles le long de la cote Est des Etats-Unis, sorte de chemin de Saint-jacques a la ‘Ricaine-, j’ai pu entendre les attendus “Faudra penser a travailler un jour tout d’meme” ou “Bonnes vacances”..Certes, il faut pouvoir suffire a ses besoins (donc avoir de l’argent) (donc gagner de l’argent) (donc travailler a un moment ou un autre) pour entreprendre un tel voyage – journey en anglais serait plus adequat ici-, mais etrangement je n’irai pas jusqu’a opposer ceci a la notion de travail: il faut quand meme un peu plus que vouloir prendre des vacances prolongees pour decider de marcher tous les jours entre 15 et 25 miles!

“Why are you hiking the A.T.?”, est en effet une question recurrente parmi les “thru-hikers”. Certains marchent pour “honorer la memoire d’un membre de la famille disparu” et qui avait un lien avec le sentier, d’autres parce qu’ils ont vu un documentaire sur le A.T. qui  le decrivait comme “fun and flat” (ah ces Germains..), quelques-uns parce qu’ils “adorent manger”, beaucoup pour ” sortir du systeme de notre societe” et d’autres juste pour ” l’aventure!”. Pas d’age limite: on voit passer autant de jeunes pousses comme de vieilles branches sur le chemin, chacun son rythme.

Et moi-meme?

peut-etre simplement parce que quand je dis “work”, on comprend “walk”, quand je dis “walk”, on comprend “work” (veridique) (true fact)!

Et comme dit Walt Whitman dont j’ai vole ces quelques mots lors de mon passage chez Shaw’s a Monson:

“Afoot and light-hearted I take to the open road

Healthy, free, the world before me leading wherever I choose

[…] Allons! The road is before us!” 

WW. “Song of the Open Road”

( ” wherever these white glazes lead me”, serait tres probablement plus proche de la realite, mais c’est tout de suite moins bucolique imaginativement parlant)

Vous pourrez donc suivre et sentir sur ces pages le Sentier des Appalaches presque directement sous mes pieds (presque) selon les possibilites technologiques et logistiques du moment, c’la va sans dire.

Happy virtual trails donc, comme on dit par ici!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s